Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne

Vous êtes ici : Accueil < Nature en Auvergne < Milieux naturels < Tourbières, marais
 

Les tourbières et les marais

Fragiles et menacées

Les tourbières sont des zones humides résultant d’une accumulation de végétaux depuis plusieurs centaines d’années.

Dans ces conditions asphyxiantes (sol saturé en permanence d’une eau stagnante ou peu mobile), les végétaux morts ne se décomposent que très lentement et se transforment en une roche végétale fossile : la tourbe, pouvant renfermer jusqu’à 50% de carbone.

En Auvergne, les tourbières se développent majoritairement en altitude (>1000 mètres) dans des conditions d’acidité élevée. On parle donc de tourbières « acides ». Avec plus de 400 tourbières recensées, la région est l’une des plus riches de France.

Les tourbières (appelées « Sagnes », « Narces » en Auvergne) étaient autrefois des zones redoutées, à l’origine de nombreuses légendes. Plus récemment, elles ont été exploitées pour la production de tourbe (combustible, terreau…). Aujourd’hui, leur principal usage reste pastoral.

Fragiles et menacées, les tourbières auvergnates présentent une grande diversité de milieux et d’espèces végétales et animales. Plusieurs espèces reliques ou emblématiques de ces zones humides sont présentes en Auvergne : Ligulaire de Sibérie, Saule des Lapons, Droseras chez les plantes ; Cordulie arctique, Agrion à lunules chez les libellules…

Elles sont aussi d’un grand intérêt fonctionnel. En effet, elles jouent un rôle de réservoir hydrique, stockant l’eau durant les pluies et la relargant en période sèche. Elles sont ainsi à l’origine de nombreux cours d’eau comme la Dore, l’Ance, la Besbre, la Dordogne, la Morge, la Sioule, la Cère, l’Alagnon, la Sénouire…

Elles constituent enfin une source importante de stockage de carbone atmosphérique.

NOS ACTIONS

Les Conservatoires interviennent de manière privilégiée par la gestion de plusieurs tourbières (195 hectares, 19 sites) sur les principaux massifs de moyenne montagne (Forez, Livradois, Cézallier, Artense, Aubrac, Mézenc). Ils interviennent directement sur les sources de la Dore, de l’Ance et de la Morge.

Le CEN Auvergne a coordonné la gestion du réseau d’acteurs des tourbières à l’échelle du Massif Central. (voir rubrique médiathèque).

La Fédération des Conservatoires (FCEN) anime le Pôle Relais National consacré aux tourbières. Visitez le site : www.pole-tourbieres.org

Récemment, le CEN Auvergne a engagé de nouvelles actions pour acheter des zones humides : c’est le cas de la tourbière de Crespy-Greloux (63) mais également de plusieurs petites zones dans les Combrailles. Ces actions sont toujours en cours.