Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne

Vous êtes ici : Accueil < Nous rejoindre < Bénévolat
 

Bénévolat

Être Bénévole au CEN Auvergne

Le bénévolat, comme son origine latine le précise, est l’expression d’une « bonne volonté ». Il est à la base de la création de notre Association qui mobilise les hommes et les femmes ayant la « bonne volonté » de préserver les milieux naturels en Auvergne.

Vous souhaitez vous engager : rejoignez les bénévoles du CEN, il reste encore beaucoup à faire.

La plaquette suivante à télécharger vous renseignera davantage :Plaquette vie bénévole CEN Auvergne

Au sein du CEN Auvergne ce bénévolat peut s’exprimer à tous les niveaux. Une activité régulière ou ponctuelle, correspondant à la compétence et /ou aux envies de chacun peut être envisagée, qu’il s’agisse des activités du Conservatoire ou de sa gouvernance. En chacun de vous sommeille un naturaliste ou un historien, un gestionnaire ou un organisateur, un bricoleur, un jardinier ou un artiste, un randonneur ou un pédagogue qui doit pouvoir s’exprimer au sein de notre association au bénéfice de la biodiversité.

Voici une vingtaine d’actions convenant aux goûts variés de chacun et aux compétences en devenir ou à cultiver :

1) S’investir dans la Communication

- Mise sous pli et affranchissement du Vulcain et/ou autres publications,
- Diffusion de documents de communication,
- Tenue du stand CEN Auvergne, lors d’expositions,
- Création d’expositions,
- Montage et démontage d’expositions,
- Dépôt d’affiches chez des commerçants et sur les panneaux publics d’affichage,
- Réalisation d’illustrations et de photographies,
- Présentation de sites ouverts au public.

2) S’investir dans les travaux et la gestion des sites naturels

- Conservateur de sites,
- Participation aux travaux de gestion des sites,
- Organisation de chantiers bénévoles,
- Suivi des sentiers et des équipements et entretien régulier.

3) S’investir dans la gestion des ressources documentaires

- Rangement et organisation d’une bibliothèque,
- Recueil de bibliographie et recherches historiques sur les sites,
- Recherche d’informations historiques sur le Moulin de la Croûte à Riom.

4) S’investir dans l’étude ou la collecte de données scientifiques
- Collecte de données scientifiques,
- Etude de la fréquentation sur des sites naturels.

5) Participer à la sauvegarde du patrimoine fruitier régional :
- Collecte de greffons, de variétés...

Contactez-nous directement au CEN Auvergne : contact cen-auvergne.fr

Conservateur, qu’est qui se cache sous ce terme ?

Il s’agit en fait d’un bénévole œuvrant sur un site maîtrisé par les Conservatoires. Peu de compétences sont nécessaires, puisque la première mission est de surveiller le site confié. La régularité de cette surveillance est variable : 1 à 2 fois par an pour un souterrain, 10 fois par an pour un site ouvert au public ou pâturé.

Une compétence naturaliste peut être un plus pour des suivis ou des inventaires, mais le bénévole peut s’appuyer sur d’autres sur ces aspects.

Le sens du contact peut aider à aller plus loin pour par exemple organiser un chantier avec d’autres bénévoles, réaliser une animation nature....

Normalement, un site dispose d’un seul conservateur, si possible pas trop éloigné de son domicile (développement durable oblige). Un conservateur peut suivre plusieurs sites. Sa nomination est validée par le Conseil Scientifique et d’administration. Sa nomination est valable pour 3 années, son adhésion est obligatoire.

Près de 100 sites sont pourvus d’un conservateur avec près de 50 personnes.

Près de 62 sites sont orphelins, sans conserv’acteur :
- 37 sites dans le Puy-de-Dôme (7 abris à chauve-souris, 4 en bords de rivière, 4 coteaux ou plateaux secs, 4 lacs, étangs ou mares, 6 sources ou prés salées, 8 tourbières ou marais et ensuite le bois de Michelore à St-Georges, le bois Hêtre d’Auzelles, les bords de Morge à Maringues, enfin le Moulin Neuf à St-Diéry),
- 13 sites en Haute-Loire (7 abris à chauve-souris, 2 en bords de rivière, ensuite le domaine du Château de Lespinasse à St-Beauzire, le pré salé de Beaumont, les Gorges de l’Allier à St-Berain et celles de la Loire à Goudet),
- 12 sites dans le Cantal (4 abris à chauve-souris, 4 lacs ou mares, 2 tourbières ou marais, ensuite la source salée du Ruisseau des trois sauts à Leyvaux et la vallée encaissée Bois du Siniq à Malbo).

Pour tout renseignement : romain.legrand cen-auvergne.fr